intimider

intimider

intimider [ ɛ̃timide ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1515; lat. médiév. intimidare, de timidus timide
1Remplir (qqn) de peur, en imposant sa force, son autorité. effrayer, terroriser. Chercher à intimider qqn par des menaces, par la fermeté de son attitude. Se laisser intimider. Manœuvres pour intimider l'adversaire. bluffer.
2(1662) Plus cour. sens faible Remplir de timidité, de trouble, de confusion. effaroucher, gêner, impressionner, troubler. Examinateur qui intimide les candidats. glacer, inhiber, paralyser. « Baudelaire, grand nerveux, était intimidé par les femmes » (Henriot). Acteur intimidé devant le public. Elle a l'air intimidée.
⊗ CONTR. Encourager, enhardir, rassurer. Décontracter, désinhiber.

intimider verbe transitif (de timide) Inspirer à quelqu'un une crainte, un trouble qui lui font perdre son assurance : Les femmes l'intimident. Remplir quelqu'un de peur en usant de la force, de menace : Vos menaces ne l'intimident pas.intimider (synonymes) verbe transitif (de timide) Inspirer à quelqu'un une crainte, un trouble qui lui font...
Synonymes :
- inquiéter
Remplir quelqu'un de peur en usant de la force, de...
Synonymes :
- gêner

intimider
v. tr. Inspirer de la crainte, de l'appréhension à (qqn). Intimider qqn par des menaces.
|| Troubler, inspirer de la timidité à (qqn).

INTIMIDER, verbe trans.
A. — Impressionner fortement (quelqu'un).
1. (Le) remplir de crainte, de peur.
a) [En usant de manifestations agressives, de la force physique, matérielle] Intimider l'adversaire, l'ennemi, les malfaiteurs. [Le capitaine] essaya, pour intimider les sauvages, de tirer un coup de fusil en l'air (Voy. La Pérouse, t. 3, 1797, p. 211). Quand je voulus, malgré l'obscurité profonde, faire quelques pas à l'air (...) des chiens hurlant m'intimidèrent (BARRÈS, Homme libre, 1889, p. 125). Rien ne l'intimide [le rapace], ni cris ni pierres. Chassé, il s'éloigne d'un vol mou, se pose un peu plus loin, et revient (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 185) :
1. ... il s'en sert comme d'une sorte de boutoir quand, rentrant la tête entre les pattes de devant, à la manière des hérissons, et faisant le gros dos, il s'avance, ainsi que je l'ai vu faire, pour intimider un ennemi peu redoutable (c'était un petit chien) ou pour foncer sur un obstacle.
GIDE, Feuillets, 1949, p. 1114.
P. anal. [Le suj. désigne une chose] Cette vieille maison, perdue dans la campagne, intimidait l'enfant, même en plein jour. Il oubliait ses craintes, quand le grand-père était là (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p. 49). Ce gouffre, le silence, scandé par le tic tac de l'horloge, m'intimidaient. Les livres me rassuraient (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 52).
b) [En usant de coercitions, de contraintes, de pressions morales] Intimider la volonté de qqn. Octave souhaitait la conduire vivante à Rome, et triompher en elle de tout l'Orient; il l'intimida par la menace barbare de faire tuer ses enfans, si elle mourait (MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 326). En première instance, M. Morandi fut condamné; le gouvernement avait intimidé les juges (ABOUT, Grèce, 1854, p. 86). Il essayait de m'intimider par la perspective de scandaleuses calomnies (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 217) :
2. ... le plus ivre des deux Kurdes se déclara résolu à tuer tout personnage assez imprudent pour lui disputer la main de la protégée du moulla. Mais le canonnier ne se laissa pas intimider et allongea au provocateur un coup de poing en plein visage...
GOBINEAU, Nouv. asiat., 1876, p. 140.
2. (Lui) imposer respect, considération ou révérence, en usant, volontairement ou non, de divers prestiges attachés à la naissance, à la fortune, au pouvoir, à l'apparence ou à l'ascendant personnel. Intimider qqn par l'élévation de son esprit; être intimidé par un roi. L'action du prince, son accent, ses regards, intimident tous les soldats (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 349). Il a cette assurance spirituelle, railleuse et tranquille, que rien n'intimide, qui intimide facilement, et qui garantit partout (...) une apparence de supériorité (FEUILLET, Rom. j. homme pauvre, 1858, p. 214). Il n'avait dû qu'à son uniforme, à son bicorne, à son écharpe qui intimidaient les malotrus, de ne pas coucher au violon (ARNOUX, Roi, 1956, p. 353) :
3. Sa ferme contenance intimida les Turcs qui levèrent le siège (...). Le moribond, vainqueur sans avoir combattu, tant son nom imposait aux ennemis, vient d'apprendre leur fuite précipitée.
GROUSSET, Croisades, 1939, p. 139.
3. User d'intimidation (v. ce mot A 2). Partout, il ne s'agit que d'intimider avant de frapper, soit pour éviter de frapper, soit afin de ne frapper qu'efficacement, à coup sûr, comme l'état d'Orange et le Transvaal l'ont suffisamment éprouvé (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. 105).
B. — [Avec un sens atténué] Troubler quelqu'un, le remplir de gêne, de confusion. Être intimidé par la présence de qqn. Son air triste et sévère m'intimida, je me troublai, je rougis (GENLIS, Chev. Cygne, t. 3, 1795, p. 256). Quand il s'est trouvé devant Bergson, il a été terriblement intimidé. Il en était pâle. Je voyais trembler tous les poils de sa moustache (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 71). Le plus souvent, un regard appuyé intimide et inhibe (...). Le timide, sous son effet, perd toute contenance motrice et psychique (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 495) :
4. Je fais tout pour établir un plain-pied absolu dans chacune de mes intimités, et je ne l'obtiens jamais tout à fait parce que — et là aussi pour moi il y a un mystère insondable — j'intimide, et nul n'est avec moi tout à fait dans son naturel.
DU BOS, Journal, 1927, p. 267.
Être intimidé avec qqn, devant qqn, sous le regard de qqn; être intimidé de + inf. André, pris au dépourvu, intimidé de parler en public (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 71).
Emploi pronom. Se troubler. Malheur au jeune enfant seul, sans ami, sans guide, Qui près de la beauté rougit et s'intimide (CHÉNIER, Épitres, 1794, p. 179). Et je la congédie avec un sourire si bienveillant qu'elle s'intimide (COLETTE, Cl. s'en va, 1903, p. 300).
REM. Intimidabilité, subst. fém. Aptitude à être intimidé. Le résultat L élevé indique en somme l'intimidabilité du sujet et l'on peut donc espérer que la sanction qui l'a frappé constituera un frein à ses tendances (DELAY, Psychol. méd., 1953, p. 127).
Prononc. et Orth. : [], (il) intimide [-mid]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1515 jur. « faire peur à, menacer gravement » (Recueil général des anciennes lois fr., éd. Isambert, t. 12, p. 29); b) 1546 « effrayer » (RABELAIS, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, XXVII, 24); c) 1580 intimidant « qui fait peur » (LA PORTE, Epithètes, ds GDF. Compl.); 2. 1662 « faire perdre son assurance à » (LA ROCHEFOUCAULD, Œuvres, éd. D. L. Gilbert et J. Gourdault, t. 2, p. 6). Dér. de timide; préf. in-2; dés. -er.
DÉR. 1. Intimidable, adj. Que l'on peut intimider, qui est facilement intimidé. Je mets en principe que les enfants (...) sont très facilement intimidables (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 41). []. 1re attest. 1845 (BESCH. Suppl.); de intimider, suff. -able. 2. Intimidateur, -trice, subst. masc. et adj. a) Subst. masc., pol. ,,Partisan d'un système d'intimidation`` (Ac. Compl. 1842). b) Adj. Qui intimide, qui est propre à intimider. Propos intimidateurs, mesures, manœuvres intimidatrices (Lar. Lang. fr.). [], fém. [-]. 1res attest. a) subst. av. 1836 « celui qui intimide » (CARREL, Œuvres, t. 4, p. 417 ds LITTRÉ), b) adj. av. 1836 système intimidateur (ID. ibid., p. 350, ibid.); dér. sav. de intimider, suff. -(at)eur2.

intimider [ɛ̃timide] v. tr.
ÉTYM. 1515; lat. médiéval intimidare, de in-, et lat. class. timidus. → Timide.
Donner de la timidité à (qqn).
1 Remplir (qqn) de peur, d'effroi, de crainte, en imposant sa force, son autorité, sa volonté. Effrayer, terroriser.Chercher à intimider qqn par des menaces ( Menacer). || Intimider une personne par la fermeté (cit. 8) de son attitude. || Amadouer (cit. 4) et intimider qqn. || Se laisser intimider. || N'essayez pas de l'intimider. || Je ne me laisserai pas intimider par vous. || Manœuvres politiques, militaires, diplomatiques pour intimider l'adversaire. Bluffer; intimidation, pression. || Chercher à intimider l'ennemi.
1 (…) il dit des choses atroces contre elle, il tâche de l'intimider, il la menace qu'on dira à l'audience qu'elle (…) a supposé son enfant (…)
Mme de Sévigné, 891, 23 janv. 1682.
2 Tout ce que je peux donc répondre à votre menaçante lettre, c'est qu'elle n'a eu ni le don de me plaire, ni le pouvoir de m'intimider (…)
Laclos, les Liaisons dangereuses, CLII.
3 Lui-même il alla trouver le duc d'Orléans, l'intimida, lui parla haut et ferme (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, I.
4 Louis XI n'aimait pas le risque des batailles et il avait une armée pour intimider l'adversaire plutôt que pour s'en servir.
J. Bainville, Hist. de France, VII, p. 128.
Par ext. Imposer le respect, la considération à (qqn).
2 (1662). Plus cour. Remplir (qqn) de trouble, de confusion. Effaroucher, gêner (cit. 26), impressionner, troubler. || Examinateur qui intimide les candidats, leur enlève toute assurance, leur fait perdre leurs moyens. Glacer, paralyser, terroriser (par exagér.). || Il ne m'intimide plus à présent que je le connais (→ Contre, cit. 15). || Jeunes filles qui intimident un garçon (→ Approche, cit. 4).Passif et p. p. || Être intimidé par qqn, devant qqn (→ Gêner, cit. 35).
5 Je fus assez contente de la façon dont je m'étais tirée de cette première occasion, sans paraître embarrassée ni intimidée (…)
Mme de Staël, Mémoires, t. II, p. 124, in Littré, Dict., art. Intimidé.
6 Baudelaire, grand nerveux, était intimidé par les femmes, n'ayant eu affaire dès sa jeunesse qu'à des prostituées (…)
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 389.
(Sujet n. de chose). || Cette entrevue l'intimide. || Cette grande maison l'intimidait.
——————
intimidé, ée p. p. adj.
(Au sens 1). || « Les moins intimidés fuiraient de leurs maisons » (→ Assurer, cit. 87, La Fontaine).
(Au sens 2). → ci-dessus, cit. 5. || Acteur intimidé devant le public. || Laissez-le reprendre ses esprits, il est tout confus, tout intimidé. || Elle a l'air intimidée.
7 Un garçon de mon âge peut se sentir intimidé parce qu'il lui faut soudain trouver une contenance, même savoir dire quelques mots, au milieu de tant de gens brillants. Mais s'il aime ça, au fond, il est ravi. Sa timidité est un duvet de surface (…)
J. Romains, Une femme singulière, p. 8.
CONTR. Encourager, enhardir, mettre (à l'aise, en confiance), rassurer. — (Du p. p.) Assuré, effronté.
DÉR. Intimidable, intimidant, intimidateur, intimidation.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • intimider — Intimider. v. a. Donner de la crainte, de l apprehension à quelqu un. Il l intimida par un seul mot qu il luy dit. il n y a qu à l intimider pour venir à bout de luy …   Dictionnaire de l'Académie française

  • intimider — Intimider, Terrere, Timorem incutere …   Thresor de la langue françoyse

  • INTIMIDER — v. a. Donner de la crainte, de l appréhension à quelqu un. Il l intimida en lui disant un seul mot. Il n y a qu à l intimider pour venir à bout de lui. C est un esprit qu on intimide facilement par des menaces. C est un homme qui ne se laisse… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • INTIMIDER — v. tr. Troubler quelqu’un en lui causant de la crainte, de l’appréhension. Il l’intimida en lui disant un seul mot. Il n’y a qu’à l’intimider pour venir à bout de lui. C’est un esprit qu’on intimide facilement par des menaces. C’est un homme qui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • intimider — (in ti mi dé) v. a. 1°   Donner de la timidité, de la crainte à quelqu un. •   Ce mot déjà vous intimide !, CORN. Héracl. II, 3. •   L Écriture a pourvu de passages pour consoler toutes les conditions, et pour intimider toutes les conditions,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • intimider — (v. 1) Présent : intimide, intimides, intimide, intimidons, intimidez, intimident ; Futur : intimiderai, intimideras, intimidera, intimiderons, intimiderez, intimideront ; Passé : intimidai, intimidas, intimida, intimidâmes, intimidâtes,… …   French Morphology and Phonetics

  • intimider — vt. , gêner, offusquer, scandaliser : intimidâ (Saxel, Villards Thônes.028) ; êvargonyî (Albanais), invargonyé (Arvillard.228) ; zhânâ <gêner> (228) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Definition du terrorisme — Définition du terrorisme Peu de mots sont aussi chargés, politiquement ou émotionnellement, que « terrorisme ». Une étude de l US Army datant de 1988 a recensé plus de 100 définitions du mot « terrorisme »[1]. Le terrorisme… …   Wikipédia en Français

  • Définition Du Terrorisme — Peu de mots sont aussi chargés, politiquement ou émotionnellement, que « terrorisme ». Une étude de l US Army datant de 1988 a recensé plus de 100 définitions du mot « terrorisme »[1]. Le terrorisme est un crime dans la… …   Wikipédia en Français

  • Définition du terrorisme — Pour les articles homonymes, voir Définition (Homonymie). Peu de mots sont aussi chargés, politiquement ou émotionnellement, que « terrorisme ». Une étude de l US Army datant de 1988 a recensé plus de 100 définitions du mot… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”